Europe / Argentine

L’Union européenne a imposé des droits antidumping sur les importations de biodiesel en provenance d’Argentine dans un mouvement baptisé par Buenos Aires de «protectionnisme agressif”, appuyez sur les reportages télévisés.

La décision prise par Bruxelles de prélever 10,6 % des tarifs sur le biodiesel a pris effet vendredi et sera en vigueur pendant six mois.

Le ministère des Affaires étrangères argentin a condamné la décision de l’UE: «La mesure est due à l’incapacité des producteurs européens de concurrencer les producteurs plus efficaces», décrivant la mesure comme étant une «décision protectionniste qui manque de justification technique.”

L’Espagne était le premier état membre de l’UE a entravé les exportations de biodiesel de l’Argentine.

La présidente argentine Cristina Kirchner a décidé de nationaliser le géant de l’énergie, YPF, de l’espagnole Repsol en 2012, Buenos Aires a dit était destiné à protéger la souveraineté énergétique du pays.

L´Espagne cherchait à se venger de l’Argentine sur la nationalisation en bloquant toutes les importations de biodiesel en Argentine dans le pays.

Toutefois, Buenos Aires a déposé une plainte officielle auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) contre l’UE . L´Argentine conteste les règles espagnoles qui fait valoir qu’elles sont discriminatoires à l’égard de ses exportations de biodiesel.

Le tarif antidumping nouvellement imposé s’applique également aux importations de biodiesel en provenance d’Indonésie.

Après six mois, la Commission européenne peut prolonger le tarif pour un maximum de cinq ans. Toutefois, l’OMC pourrait forcer le syndicat à lever les fonctions.

CAH / KA / SS
http://www.presstv.ir/detail/2013/05/31/306471/eu-imposes-tariff-on-argentine-biodiesel/

Pakistan

Le Premier ministre pakistanais en attente Nawaz Sharif, a fermement condamné l’assassinat commis par les frappes de drones américains dans son pays, les décrivant comme une violation du droit international et de la Charte des Nations Unies.

La Ligue musulmane du Pakistan-N parti de Sharif a déclaré dans un communiqué publié vendredi que la politique de drone tueur américain viole également la souveraineté nationale du Pakistan.

“Les attaques par les drones ne sont pas seulement une violation de la souveraineté du pays et son intégrité territoriale, mais aussi une action qui a été déclarée comme une violation du droit international et la Charte des Nations Unies,«

La condamnation intervient deux jours après la dernière attaque de drone américain qui a tué au moins sept personnes dans la région rétive du Nord-Waziristan. Washington affirme que le raid a tué le dirigeant des militants pro-talibans Waliur Rehman dans la région tribale à distance

Le président américain Barack Obama a récemment défendu l’utilisation des drones controversés comme «légitime défense».

Le commentaire de Sharif représente sa première réaction face frappes assassines par les drones américais depuis que son parti a remporté les élections générales au début du mois.

Au cours des dernières années, Washington a lancé des attaques de drones sur les pays musulmans, dont le Pakistan, la Somalie et le Yémen, affirmant que les militants sont les cibles. Cependant, les chiffres des victimes indiquent clairement que les civils sont les principales victimes.

Le meurtre de civils pakistanais, dont des femmes et des enfants, a tendu les relations entre Islamabad et Washington. Les grèves ont également déclenché des protestations massives au Pakistan.

JR / KA / SS
http://www.presstv.ir/detail/2013/05/31/306472/sharif-slams-us-drone-attacks-on-pakistan/

Syrie

L’Office britannique des Affaires étrangères a confirmé qu’un britannique a été tué aux côtés des militants étrangers à Idlib, en Syrie.

L´homme agé de 23 ans, nommé Ali Almanasfi, était parmi les trois occidentaux qui ont été pris en embuscade par les forces gouvernementales syriennes dans leur voiture alors qu´ils traversaient la province du nord-ouest jeudi.

La télévision syrienne d’Etat a rapporté qu’une femme américaine de 33 ans, identifiée comme Nicole Lynn Mansfield, et les deux autres étaient des membres d’Al-Qaïda lié au groupe al-Nusra.

Les images de télévision ont montré une voiture noire, criblée de trous de balles et trois corps étendus avec de multiples blessures par balles. Elle a également montré une cache d’armes, un ordinateur, une carte dessinée à la main d’une installation de gouvernement, et un drapeau appartenant au groupe terroriste.

«Nous comprenons qu’un ressortissant britannique a été tué en Syrie. Leur famille a été informée et nous fournissons une assistance consulaire “, a déclaré un porte-parole du Bureau des Affaires étrangères.

La Grande-Bretagne a joué un rôle majeur dans l´attisement des troubles dans le pays arabe en armant et formant des militants qui luttent contre le gouvernement syrien.

La Syrie a été en proie à l’agitation meurtrière depuis Mars 2011, et de nombreuses personnes, y compris un grand nombre de forces gouvernementales, ont été tuées dans les violences.

Damas affirme que le chaos est orchestrée de l’extérieur du pays, et il ya des informations selon lesquelles un très grand nombre de militants sont des ressortissants étrangers.

SSM / MOS / HE

http://www.presstv.ir/detail/2013/05/31/306464/briton-confirmed-killed-in-syria/

Syrie

La police turque saisit 2 kg de gaz sarin au Front Al-Nosra

Source : Réseau Voltaire | 31 mai 2013

Dans le cadre de son enquête sur les attentats de Reyhanlı (11 mai 2013), la police turque a procédé, lundi 27 mai 2013, à une série de perquisitions chez des militants du Front Al-Nosra, à Adana et Mersin. 12 suspects ont été arrêtés.

2 kg de gaz sarin ont été trouvés.

Le Front Al-Nosra est la branche levantine d’Al-Qaïda. Les militants s’apprêtaient à utiliser ce gaz sarin à la fois en Turquie et en Syrie. Le gaz sarin est une arme chimique interdite par les Nations Unies en 1991.

Cette découverte intervient alors que le quotidien français Le Monde, dans son édition datée du 28 mai, la publication d’un reportage en cinq parties de Jean-Philippe Rémy et Laurent Van Der Stockt « attestant » l’usage de gaz par l’Armée arabe syrienne contre la « rébellion » à Jobar (quartier de Damas).

Le reportage reprend le modèle de celui réalisé à Homs, il y a plus d’un an, par Le Monde, traduit dans les principales langues européennes et publié par de grands quotidiens des États membres de l’Otan. Le reportage contient de nombreuses invraisemblances : les journalistes décrivent une guerre chimique au cœur de la capitale qui ne toucherait que les « opposants » ; les personnes atteintes manifestent divers symptômes, mais pas de convulsions ; les photos illustrant le premier article montrent des soins oculaires inutiles en cas d’usage de gaz de combats (qui pénètre par la peau et n’est pas un gaz lacrymogène). Cette pièce de propagande a été diffusée et largement reprise à la veille de la levée de l’embargo européen sur les armes destinées aux groupes armés.

http://www.voltairenet.org/article178709.html

Birmanie

Des Extrémistes bouddhistes ont brûlé une mosquée, un orphelinat et plusieurs magasins dans le nord du Myanmar dans de nouvelles attaques violentes contre les minorités musulmanes dans les pays d’Asie du Sud-Est.

Les attaques ont eu lieu dans la ville de Lashio dans l’Etat de Shah nord, mardi soir.

Un officier de police Lashio a déclaré sous couvert d’anonymat que la plus grande mosquée de la ville et un orphelinat musulman ont été parmi les lieux incendiées.

Un groupe de 150 extrémistes ont saccagé la ville et ont détruit des biens des musulmans.

Le gouvernement du Myanmar refuse de reconnaître les Rohingyas musulmans comme des citoyens à part entière.

Environ 800.000 Rohingyas dans l’État de l’ouest du Myanmar de Rakhine sont privés de leurs droits de citoyenneté en raison de la politique de discrimination qui leur a refusé le droit de la citoyenneté et les a rendus vulnérables aux actes de violence et de persécution, d’expulsion et le déplacement.

Les musulmans Rohingyaont été confrontés à la torture, de la négligence et de la répression au Myanmar depuis de nombreuses années.

Des centaines de Rohingyas auraient été tuées et des milliers d’autres déplacés au cours des dernières attaques menées par des bouddhistes extrémistes.

SAB / PR / HJL

Afghanistan

Le gouvernement britannique a reconnu que ses troupes en Afghanistan détiennent illégalement 80 à 90 ressortissants afghans au Camp Bastion de l’armée britannique dans le pays déchiré par la guerre en Asie du Sud.

Le secrétaire à la Défense Philip Hammond a confirmé dans un précédent rapport, que  les avocats britanniques représentant les détenus afghans au Camp Bastion ont mis à découvert le fait que les troupes britanniques détenaient illégalement jusqu’à 85 ressortissants afghans sans procès. Toutefois, le secrétaire à la Défense a affirmé que les arrestations sont légales.

Les representants de l´agence Public Interest Lawyers, agissant au nom de huit détenus, disent que leurs clients avaient été détenus à Camp Bastion jusqu’à 14 mois sans frais, ce qui équivaut à une détention illégale et un  internement.

Ils ont comparé les révélations du scandale provoqué par les centres de détention tristement célèbres des États-Unis à Guantanamo Bay, à Cuba et d’Abou Ghraib en Irak.

Les avocats ont déclaré que les arrestations de leurs clients, tous arrêtés dans les villages dans les provinces de Helmand et de Kandahar, vont à l’encontre des lois internationales.

Les troupes britanniques en Afghanistan ne sont autorisés à détenir des suspects pendant 96 heures tout au plus.

Les avocats ont déclaré avoir lancé une demande à la Haute Cour de libérer leurs clients, ajoutant que le ministère de la Défense (MoD) a refusé l’accès à leurs clients, après des mois de prison.

Les détenus afghans n´ont également pas obtenu de date du procès, ou même la perspective d’une date, les avocats ont également déclaré dans un communiqué, cette “violation manifeste du droit britannique et international”.

Phil Shiner, un avocat agissant pour huit des détenus, a accusé le gouvernement britannique de ne pas avoir parlé au parlement de l’établissement du centre de détention au Camp Bastion, dont l´etablissement est  “profondément inquiétant” et “totalement inconstitutionnel”.

Rosa Curling, un avocat du cabinet Leigh Day, qui représentait un prisonnier de 20 ans avec une jeune fille, a déclaré: «Notre client a été détenu au Camp Bastion, depuis Août 2012. Il n’a  été inculpé d’aucun crime et  n’avait pas accès à un avocat pour obtenir des conseils juridiques au sujet de sa détention ».

MOS / MOL / HE